Les nouveaux propriétaires du Château de Beauregard, Angelica et David Carr, sont venus à la rencontre de Monsieur le Maire pour proposer à la commune d’ouvrir les portes de ce superbe patrimoine aux Jonquiérois, à l’occasion de prochaines manifestations culturelles. C’est avec enthousiasme et reconnaissance que les élus ont accepté cette invitation. L’élue à la culture, Sandrine Klyz prépare, avec le Pôle culture et communication, de très belles surprises, notamment pour les journées du patrimoine en septembre. En attendant, la rédaction vous invite à visiter les lieux et faire connaissance avec les propriétaires.

Rencontre avec deux passionnés de culture et de patrimoine.

David est anglais, Angelica est suédoise. Ils ont six enfants. David dirige une entreprise de services financiers. Il joue du piano, chante et aime se balader à vélo. Angelica est consultante pour entreprises et conférencière. Durant son temps libre, elle enseigne le yoga et la méditation. Tous les deux partagent une passion pour le théâtre, les concerts, le cinéma et la lecture.

Jonquières Magazine :
Racontez-nous votre première visite à Jonquières, pourquoi vous avez choisi ce Château ?
Angelica et David Carr :
Sur le trajet lors de notre première visite, nous avons revu des endroits familiers. Jonquières se situe au cœur d’une région que nous aimions déjà. Pour nous, c’est une ville idéale : authentique, dominée par le magnifique Mont Ventoux, sans être trop touristique. Le château est un lieu idyllique entouré de nature. Nous sommes tombés amoureux de sa splendeur architecturale du 17e siècle, sa lumière et sa chaleur.

Jonquières Magazine :
Quels sont vos projets pour ce lieu ?
Angelica et David Carr :
En plus des projets pour améliorer les pièces de vie, nous avons commencé les rénovations délicates de la chapelle. Une artiste locale a reproduit les couleurs et motifs anciens des murs. Maintenant, nous allons passer au sol, aux fenêtres et aux meubles. Nous voudrions réparer l’écurie et les dépendances. Posséder une partie du patrimoine architectural français est une joie mais aussi une responsabilité. Avec notre société d’événementiel, nous y accueillons des mariages, des manifestations culturelles, et des événements d’entreprises.

Jonquières Magazine :
Vous avez la gentillesse d’ouvrir votre demeure aux Jonquiérois pour l’organisation d’événements, qu’est-ce qui motive ce choix ?
Angelica et David Carr :
L’histoire ne nous appartient pas, elle appartient aux Jonquiérois. Nous voudrions partager leur histoire, leurs souvenirs. Nous voulons un château vivant, avec des gens, de la musique, de la culture pour permettre aux artistes d’exprimer leur créativité dans un environnement féérique. Nous souhaitons une culture diverse à Beauregard, un environnement stimulant, où des gens différents peuvent s’inspirer les uns les autres.

Jonquières Magazine :
Quand vous êtes ici, quelles sont vos occupations, vos visites, vos promenades ?
Angelica et David Carr :
Le matin, nous allons à Jonquières en vélo. Nous parlons avec la boulangère, nous faisons des achats au marché, nous nous baladons sur la Via Venaissia. Nous rencontrons les Jonquiérois, nous parlons de leurs enfants, de leurs animaux et de la vie à Jonquières. Nous faisons des randonnées autour du Mont Ventoux et des Dentelles de Montmirail. Pour nous, c’est important de tisser des liens avec les agriculteurs, ils nous donnent de l’inspiration pour cultiver et cuisiner des ingrédients locaux.

Jonquières Magazine :
Que souhaiteriez-vous pour votre commune d’adoption ?
Angelica et David Carr :
Nous souhaitons que le château soutienne les entreprises locales. Nous travaillons avec les nombreux talents jonquiérois ; des architectes, des peintres, des carreleurs, des maçons, des électriciens, des plombiers, des jardiniers, des agents d’entretien, des traiteurs, des fleuristes, des photographes et des couturières. Il s’agit de créer un environnement inspirant, avec de l’histoire, de la culture et la nature. Nous voudrions aussi ressusciter les traditions, comme la fête de la Saint-Marc, patron des vignerons, qui historiquement se tenait au Château Beauregard, en avril.

Si les murs pouvaient parler…

Le Château de Beauregard a toujours appartenu à des familles privées. Aucun document n’ayant été déposé à ce jour dans un service public d’archives, son histoire reste mal connue et comporte encore de nombreuses zones d’ombre.
Il semble avoir été construit au XVIIe siècle. Sébastien de Laurens « acheta des terres à Jonquières près de l’Ouvèze où se trouvait une hôtellerie, un lot important, le 16 octobre 1619, et lorsqu’il eut acquit 50 saumées(1) il en fit une propriété » ; ces « granges et tenements de Beauregard et champs clos » furent érigés « en fiefs francs nobles et gentils (2) » par lettre du Prince Frederic Henri du 14 février 1630 » (3).
Son fils, Philippe-Guillaume, en récompense de ses services auprès de la princesse royale Marie Stuart, aurait été fait Marquis de Beauregard en 1657. Il prit alors le titre de Laurens de Beauregard.
Mais le château ne restera que peu de temps dans la famille : à peine cinquante ans après son acquisition Sébastien-Denis, petit-fils de Philippe-Guillaume, vendit en 1671 le château de Beauregard à Jacques-Melchior de Tonduti, chanoine en Avignon (4).
La famille Tonduti céda la propriété à la famille Biliotti par un acte de vente du 2 septembre 1763, qui ne s’en séparera qu’au XXe siècle.

(1) Saumée : ancienne unité de mesure pour les grains et les matières sèches correspondant à la charge pouvant être portée par une bête de somme. Cette charge détermine donc une surface agricole.
(2) Fief : bien ou revenu immobilier auquel se rattache des privilèges, des devoirs et des exemptions d’ordre juridique et fiscale notamment, souvent confié en rétribution d’un service.
(3) W. F. et E. Leemans, La noblesse de la principauté d’Orange, n°30 « Laurens », La Haye, 1974, p.178-179.
(4) A. Pontbriant, Histoire de la principauté d’Orange suivie de lettres inédites des princes d’Orange, des rois de France, du comte de Grignan etc., Éd. Laffitte Reprints, Marseille, 1980, p. 193 ; J.-A. Pithon-Curt, Histoire de la noblesse du Comté-Venaissin, d’Avignon et de la Principauté d’Orange, Éd. Laffitte Reprints, Marseille 1970, p. 443.

Les différentes vues du château au fil du temps (Archives municipales de Jonquières : Cartes postales)

Vous rêvez de visiter le Château ?
Notez le 18 septembre dans votre agenda.

En étroite collaboration avec la Ville de Jonquières, Angelica et David Carr vous ouvriront les portes du Château de Beauregard le samedi 18 septembre, à l’occasion des journées du Patrimoine.
Visite guidée et déambulation musicale seront au programme de cette journée exceptionnelle, à ne pas rater.